Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘sexe masculin’

Voici un livre qui a manqué de rester dans les rayons de ma librairie : sa couverture hideuse et son titre racoleur ne m’engageait  que peu. Et pourtant par pure curiosité, comme il m’arrive souvent au milieu d’étagères remplies de bouquin, j’ai pris le temps d’en lire quelques pages. Le ton plaisant et tendre de l’auteur m’a plu et me voilà partie avec un livre de plus dans mon sac. Je ne prenais pas un gros risque, le livre peu épais ne pouvait pas me faire perdre beaucoup de mon temps.

Florence Ehnuel, professeur de philosophie qui avait déjà écrit l’Amour conjugué (essai sur le conjugual et l’adultère), nous fait part à travers cet essai autobiographique (est-ce que cela existe ? mais j’ai de plus en plus de mal ces temps-ci à classer les livres que je lis dans une catégorie bien définie) dans un parcours presque initiatique, du regard qu’elle porte sur les corps masculins.  Celui-ci a évolué depuis son enfance, où la pudeur émotionnelle et physique de son éducation lui renvoyait une image honteuse des corps, jusqu’à l’épanouissement de sa sexualité auprès de son amant et des partenaires rencontrés.  Après un mariage de plusieures années et l’infidélité de son mari, elle a conclu avec lui un pacte d’adultère consenti et assumé assorti d’une cohabitation amicale pour le bien-être de ses enfants.

 A travers ce livre, l’auteure nous rappelle la difficulté de poser un regard sur l’autre avec sa différence et cette part d’inconnu qui nous fait peur alors que l’acceptation de soi n’est pas toujours innée. J’ai aimé la capacité d’émerveillement de son regard qui rappelle celui des enfants.  Son regard est tendre et respectueux. Pour Florence Ehnuel, poser son regard est un don à l’autre, une reconnaissance.

Elle ne cherche pas des relations physiques uniquement. Pour elle faire l’amour est un langage, une autre forme de dialogue qu’elle ne se voit pas utiliser auprès d’une seule personne. Elle aime l’idée de la fidélité mais pas celle de l’exclusivité. Etre amoureuse exaxerbe sa réceptivité aux autres.

Les textes sont souvent très beaux sans pudeur hypocrite, sans vulgarité, sans prosélytisme, sans prétention. L’auteure ne cherche pas à convaincre. Elle nous raconte son parcours et nous livre son point de vue.

Elle décrit merveilleusement le corps non stéréotypé des hommes et leur sexe. Certains passages sont d’un bel érotisme presque poétique. J’ai été notamment touchée par la relation de « nu à nu » (sans pénétration aucune)  qu’elle entretient avec Iouri son professeur de russe.

« Cette relation de nu à nu me bouleverse. Une familiarité généreuse presque désintéressée s’y construit. Je sens une paix m’envahir quand je suis contre lui, ou une fringale gigantesque de m’adonner au regard. Lorsque je me déshabille ou que je le déshabille, je crois que nous nous révélons, je crois que nous dévoilons nos âmes. Je crois que je le délivre et je crois qu’il m’allège. »

La décription qu’elle fait  du corps et du sexe masculin dans la dernière partie  est vraiment réusssie et très érotique. Je vous livre ici un extrait chaste pour vous laisser le plaisir de découvrir les passages nettement plus sensuels encore que réserve la fin de ce livre.

« Tout en lui me semble un long programme passionnant à suivre, merveilleux, prometteur. Tout : le fin grain de sa peu, la distribution irrégulière de des poils, le dessin de ses tétons sur sa poitrine large, le tournant doux des épaules continuant en spirale dans la rondeur des muscles sur les bras, le battement chaotique de la veine du cou, la délimitation bien marquée entre dos et fesses, la constellation des grains de beauté, la densité de la nuque, la puissance des cuisses, la multitude des événements grandioses et émouvants sur le giron, la rondeur confortable du ventre. Tout. Mes pupilles veulent gober le moindre détail. Et plus que tout peut-être la liberté d’être nus ensemble sans projet défini. »

La lecture de ce livre m’a apporté du bonheur, et ce n’est pas rien…. Je le conseillerai très vivement mais pas uniquement aux femmes, aux hommes également et surtout aux jeunes qui débuteraient leur vie sexuelle.

Le beau sexe des hommes
Florence Ehnuel
Ed Points

Read Full Post »