Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘plaisirs solitaires’

Jeanne est trentenaire, célibataire, accumule visiblement les échecs sentimentaux et mène une vie qui n’a pas l’air très exaltante. Une amie bien intentionnée organise à son domicile une soirée « tupperware » version sex toys, y convie Jeanne  et lui achète d’office un vibromasseur. Le premier mouvement de Jeanne est de mettre l’objet à la poubelle, mais elle se ravise et se décide à l’essayer. Le jouet s’avère redoutablement efficace… mais il présente quelques particularités assez inattendues : il parle et il fume!

Du fait du style du dessin et du ton, cette BD me semble s’inscrire dans cette tendance assez girly à la Pénélope Bagieu et à la Margaux Motin. Ce n’est pas forcément une critique, j’aime beaucoup Pénélope dont je suis le blog depuis déjà quelques années. Mais tout ce qui s’inscrit dans cette mouvance n’est pas forcément d’un intérêt et d’une originalité renversants.

C’est un peu le sentiment que j’ai eu en lisant Jeanne et le jouet formidable. C’est sympathique, mais je suis restée sur ma faim. Déjà, la BD se lit extrêmement vite (à peine 10 minutes) et, vu le prix des BDs (dont je peux comprendre qu’il soit justifié), c’est tout de même un peu frustrant.

J’ai bien aimé les dessins et les couleurs acidulées. J’ai trouvé certaines expressions de Jeanne très drôles. Les démêlés de Jeanne avec l’engin m’ont fait sourire… mais pas toujours et pas autant que je ne l’aurais voulu. L’idée de départ est amusante et me plaît bien, mais je pense qu’il y aurait eu matière à l’exploiter plus et différemment. J’ai trouvé l’histoire, sorte de parodie de conte de fées, parfois un peu convenue, et j’ai regretté qu’elle n’ait pas été plus développée et plus approfondie. Je ne sais pas si c’est un choix de l’auteur ou dû à des impératifs d’édition?

Je suis assez déçue parce que j’aurais eu envie de bien aimer cette BD et je regrette de me trouver si mitigée.

Jeanne et le jouet formidable
Zelba
Poisson dissolu

Read Full Post »