Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘démons’

Cet anime m’a tentée dès que je suis tombée par hasard sur l’image qui orne la jaquette du DVD (je ne sais plus si j’ai déjà eu l’occasion de vous dire que j’ai un gros faible pour les histoires de tentacules!). Je ne l’aurais pas acheté à son prix normal (prohibitif!), car je ne m’attendais pas à quelque chose d’extraordinaire mais, quand je l’ai trouvé à moins de 5€ en farfouillant sur un site, je n’ai pas pu résister!

Le DVD comporte deux épisodes d’un peu moins de 30 minutes chacun et offre le choix entre une version française et une version originale sous titrée en français. Craignant un peu le doublage français, j’ai lâchement opté pour la VO. De toute façon, étant donné que l’anime comporte peu de dialogues constructifs, le choix de la langue n’est pas bien gênant!

Les auteurs ne se sont, en effet, pas beaucoup foulés pour l’intrigue, qui n’est pas originale et qui n’est qu’esquissée! L’histoire se passe dans un genre de lycée pour filles dédié à la musique, dans lequel sont gardés plusieurs instruments de musique maléfiques. Un professeur s’est emparé d’un violon qui, lorsqu’on en joue, fait apparaître un démon, sous forme de tentacules donc, et qui suscite l’excitation sexuelle chez ceux qui l’entendent. Evidemment, le professeur utilise son violon pour faire subir toutes sortes de sévices à ses élèves, de jolies jeunes filles aux seins complètement disproportionnés (forcément). Au début du second épisode, on apprend l’existence d’un violon angélique. Mais les gentilles n’ont pas le temps d’en faire usage. Il faut comprendre : c’est bien plus intéressant qu’elles tombent au pouvoir du professeur plutôt qu’elles essaient de l’empêcher de nuire. Le scénario m’a donc paru fort maigre! Là, je me dis que je dois être vraiment casse-pieds : j’avais, au contraire, trouvé en regardant Le retour de la blue girl qu’il y avait trop de scénario et pas assez de tentacules. Mais, tout de même, un minimum de scénario qui tienne deux secondes la route n’aurait pas nui à l’affaire!

Sur le fond, on voit essentiellement des jeunes filles se faire violer par tous les orifices, par des tentacules ainsi que par certaines de leurs camarades munies de divers instruments. Il faut donc aimer le genre! L’ensemble est agrémenté par diverses pratiques, du style lavements, flagellations, bondage, promenades en laisse, mais ça reste assez classique et plutôt répétitif.

La particularité, si je puis dire, de l’anime, qui m’a beaucoup gênée, c’est qu’il est très orienté scatophilie et que pratiquement toutes les scènes de sexe se terminent sur la vision de jeunes filles en train de se soulager et de tentacules soudain munis de bouches (le reste du temps, ils ont plutôt comme plein de petits doigts!) se précipitant sur leurs excréments pour les engloutir. Je trouve ça dégoûtant et je m’en serais fort bien passée! L’autre reproche que je ferais au dessin animé, par goût personnel, c’est qu’il y a beaucoup trop de filles dans cette histoire et qu’un seul homme qui, en plus, fait tout le temps la tronche, ça fait bien peu! Autre point ennuyeux : l’animation est un peu inégale. Par exemple, dans les scènes où des élèves prodiguent des caresses intimes à une de leurs condisciples, la position et le mouvement des doigts m’ont paru ratés et pas naturels. Les fellations ne sont pas non plus des plus réussies.

En dépit de tous ces défauts, l’anime s’est néanmoins révélé d’une certaine efficacité, comme quoi il faut croire que, même si je ronchonne, je suis malgré tout bon public! Les quelques euros que le DVD (qui, vous l’aurez compris, n’est pas impérissable) m’a coûtés n’ont donc pas été totalement gaspillés!

Read Full Post »

A l’origine, je comptais faire un billet par manga et puis, comme je n’ai pas forcément grand chose à dire sur certains, j’ai pensé que je pouvais aussi bien faire un tir groupé. Voici donc une partie de mes lectures de ces derniers mois.

Me and you… The naughty

L’entreprise de Narushima est au bord de la faillite. Celui-ci n’a donc d’autre choix que de solliciter l’aide d’un groupe financier. Il réalise avec surprise que son interlocuteur, Soushi Isami, n’est autre que son demi-frère, qui lui a servi de souffre-douleur dans leur enfance. Soushi accepte de l’aider mais chacun des versements que sa société effectuera en faveur de celle de  devra être la contrepartie d’un règlement en nature.

Les deux premiers chapitres proposent du sexe assez pimenté et pas franchement consenti, sur fond de chantage (grosso modo, les lectrices qui ont été choquées par le viol sur lequel s’ouvre la série Viewfinder seraient avisées de faire l’impasse sur ce manga). Mais ensuite le ton change complètement. On se retrouve dans une histoire romantique excessivement sirupeuse avec des péripéties abracadabrantes et une intrigue qui repose presque uniquement sur la jalousie des deux partenaires.

Ce scénario très faible et quasi-inexistant n’est qu’un prétexte pour lier entre elles un enchaînement de scènes de sexe, qui sont très chaudes. Ce qui m’a étonnée et qui, à mes yeux, constitue la principale originalité du manga (je n’irais pas jusqu’à dire l’intérêt), c’est que la partie de l’anatomie des personnages qui est d’ordinaire floutée… l’est assez peu, ce qui fait que les images laissent peu de place à l’imagination. Je ne recommanderais donc le manga que pour qui cherche une histoire érotique entre garçons… et encore, le manga serait plus émoustillant s’il montrait moins et suggérait plus. A mon goût, tout du moins.

Me and you… The naughty
Piyoko Chitose
Tonkam
One shot
Réservé aux plus de 18 ans

I.D.

Un jeune policier est envoyé en guise de bizutage pour son premier jour porter un paquet à un scientifique de l’institut médico-légal. Ce dernier, plutôt dragueur, tombe aussitôt sous le charme du jeune homme, se lance dans un jeu du chat et de la souris avec lui et s’incruste dans les enquêtes auxquelles il participe.

On change ici totalement de registre avec une sympathique bluette très soft. Le scénario n’est cependant là encore pas excessivement palpitant. Les enquêtes policières ne servent que de décor à l’histoire amoureuse et sont plutôt bâclées. Il s’agit d’un manga plutôt humoristique dont l’humour repose essentiellement sur le personnage du scientifique. Si le premier tome m’a fait quelque fois sourire, le deuxième tome m’a paru assez plat et je me suis un peu ennuyée en le lisant. A mon avis, un one shot aurait été suffisant. C’est un manga sympathique mais pas franchement indispensable.

I.D.
Akira Kanbe
Taifu Comics
Collection yaoi
2 tomes (série finie)

Aijin incubus

Fujimaru est un lycéen ordinaire, qui fantasme sur les idoles et rêve de sortir avec une fille. Soudain un démon, un incube, Rei, débarque dans sa vie, ou plutôt dans ses rêves. Il se nourrit du plaisir des humains et a besoin de Fujimaru pour pouvoir à nouveau s’incarner. Le garçon tente de lutter mais ne fait pas le poids. Peu après, deux autres lycéens lui proposent de rejoindre leur club de l’occulte et lui proposent leur aide pour tenter un exorcisme.

 Je vais tout de même pouvoir terminer sur une note positive! Même si j’aurais préféré que le héros soit un poil plus âgé, j’ai beaucoup aimé ce manga qui est plein d’humour. Les fantasmes que Rei suscite à Fujimaru et les relations plus charnelles entre le démon et sa victime sont aussi émoustillantes qu’amusantes. Le cocktail des deux est plutôt réussi.

Le seul souci, c’est que, alors que la série comporte un troisième tome, Taifu Comics n’en a publié que deux et annonce la série comme finie. J’ai bien peur de devoir être contrainte de chercher le troisième tome en lecture sur le net…

Aijin Incubus
Rize Shinba
Taifu Comics
Collection yaoi
2 tomes (3 tomes parus au Japon)
Réservé à un public averti

Read Full Post »