Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘BD’

Ce numéro hors série du magazine Beaux Arts, paru en janvier et actuellement toujours disponible en kiosque, a un contenu très riche puisqu’il a pour ambition, en 150 pages, de dresser un panorama de la bande dessinée érotique.

Après un bref chapitre sur la place de l’érotisme dans l’art au fil des siècles et dans les différentes civilisations, le magazine se découpe en trois parties :

– « Les maîtres de l’érotisme », principalement consacrée aux dessinateurs italiens (Manara, Crepax, Magnus…) et aux pockets porno,

– « Le sexe pour rire », dans laquelle les auteurs s’interrogent sur la raison des liens fréquents entre humour et érotisme, s’intéressent à Reiser et évoquent les parodies porno de BDs célèbres,

– « Le tabou dans la BD », qui comporte notamment un intéressant article abondamment illustré sur la censure. Y sont aussi abordés des sujets comme l’homosexualité et les transexuels, mais aussi les femmes auteurs de BD et la censure dans les mangas.

Le magazine s’attarde longuement sur les auteurs et la production des années 70 qui semble, du fait de la libéralisation des moeurs, avoir été l’âge d’or de la BD érotique, avant le retour à un relatif puritanisme. Quelques oeuvres récentes sont cependant évoquées, telles que Happy Sex de Zep ou Comtesse d’Aude Picault.

En guise de conclusion, il est suggéré au lecteur une « bédéthèque sexy idéale », mais l’ensemble du numéro suscite des envies de lecture, et permet de cibler des pistes de découvertes tentantes, en fonction des informations glanées au fil des chapitres.

Très instructif, le magazine est également abondamment illustré, et comporte même une dizaine de courtes histoires complètes. Parmi celles-ci, j’ai retenu Liz et Beth de Georges Lévis, l’illustrateur de la série du Club des Cinq, dont j’ai été étonnée de reconnaître le style appliqué à un tout autre contexte. J’ai eu l’impression de suivre les aventures d’une Annie devenue femme. Ca m’a amusée et je trouve ses dessins très jolis. L’histoire que j’ai trouvée la plus drôle est une courte parodie de Flash Gordon par Wallace Wood, Flasher Gordon rencontre le MLF. Et puis j’ai été agréablement surprise d’y trouver un extrait du manga Ogenki Clinic, d’Haruka Inui. J’avais hésité à me lancer dans la série, à la sortie du premier tome, et je suis finalement contente d’y avoir renoncé, car je pense que l’humour me lasserait très vite.

Idéal pour une première approche du sujet, et pour se constituer une culture générale de base, ce magazine est également pour moi une référence que je compte garder soigneusement dans ma bibliothèque, afin de me guider dans mes futurs achats de BD.

Il est également possible de se le procurer en ligne ici.

Read Full Post »